The European Son

THE EUROPEAN SON
2022
80 x 107 cm
Wood, nails, plastic, cardboard, plaster, painting (gouache)


You killed your European son
You spit on those under twenty-one
But now your blue car’s gone
You better say so long
Hey hey, bye bye bye
(Lou Reed)

C’est un panneau en bois que vous voyez, un objet trouvé qui a attiré l’ intérêt de l’artiste en raison des reflets de couleurs naturelles qu’il dégageait. L’intervention dn’est donnée que par la tache jaune, la bande bleu ciel sur carton, les trois points rouges sur les trous déjà existants, les cartouches de plastique bleu sur les clous, qui eux aussi existaient déjà, le choix du cadre, en termes de matériau et de taille.

La référence à la matière brute est évidente. Une matière originale qui parle d’elle-même.

L’intervention minimale dominée par des présences préexistantes, donc par le hasard est pour l’artiste une référence fondamentale.

L’acte rudimentaire, inachevé, imparfait, mais unique, inéluctable et définitif. Le désintérêt pour les conventions et le style. Le dialogue respectueux avec la matière et la forme intrinsèque et originale de l’œuvre.

Paysage instantané

Paysage instantané
Digigraphie d’après un photogramme réalisé par l’auteur
18×18 cm (tirage 21×29,7 cm)
2017 – 2022

Une image photographique obtenue sans l’utilisation d’un appareil photo, en plaçant des objets sur une surface photosensible (papier ou film photographique) puis en l’exposant directement à la lumière.

Inspirée du travail de Man Ray, la « Rayographie », dont elle tire son nom, est une « photographie obtenue simplement en plaçant l’objet entre le papier sensible et la source lumineuse ». Man Ray dit : « Capturées dans des moments de détachement visuel, pendant des périodes de contact émotionnel, ces images sont les oxydations de résidus, fixés par la lumière et la chimie, d’organismes vivants.  » (citation de Man Ray, Autoportrait, 1963, Actes Sud, 1998).
En fait, si vous regardez de près le petit point blanc, il s’agit d’un minuscule insecte qui passait devant la source lumineuse.

Mélancolie

MÉLANCOLIE
Digiraphie
21×29,7 cm
2022

Digigraphes. Nouvelles expérimentations. Dessin-retouche- impression numérique en couleur sur papier fine art signé et numéroté en édition limitée.

Chaque étape, y compris les procédures d’acquisition numérique et d’impression, fait partie de la réflexion et de la réalisation de l’artiste.

Regards croisés

REGARDS CROISÉS
(étude d’après Henri Cartier-Bresson)
Gouache
2015
30 x 40 cm

Ce ne sont pas seulement les regards des deux femmes qui se croisent sur la photographie d’Henri Cartier-Bresson, mais c’est le propre regard de l’artiste qui passe sur la célèbre photographie dans un parcours à la fois manuel, perceptif et analytique.

En étudiant dans une clé picturale la composition de l’image, la profondeur donnée par la perspective jouée en diagonale, et les rapports de clair-obscur, à partir d’une photographie en noir et blanc, rééquilibrée par la couleur, Stefano Zago réfléchit sur la dynamique de l’observation en se confrontant aux mécanismes perceptifs de son prédécesseur. Compte tenu du temps physiologique nécessaire à la réalisation de l’œuvre, l’artiste plonge lentement et soigneusement dans les profondeurs du processus artistique, produisant de nouveaux résultats et des découvertes inattendues. L’utilisation de la gouache, une peinture en soi opaque, nécessite un choix précis des couleurs afin de rendre efficacement les zones d’ombre et de lumière.